3.8.06

Pirates des Caraïbes : le secret du coffre maudit

Film américain réalise par Gore Verbinski, avec Johnny Depp, Orlando Bloom, Keira Knightley, Bill Nighy... 2h 30

Jack Sparrow n'est pas un homme de parole. 13 ans plus tôt, le plus amoral des pirates avait donné son âme à Davy Jones en échange du mythique vaisseau, le Black Pearl. Davy Jones, quant à lui, n'est pas un type commode, et il est bien entouré. Ce "maître des sept mers" ne se déplace jamais sans son bateau fantôme, le Hollandais Volant, et son équipage, une bande d'hommes-crustacés mal famés. Jack a donc une dette à rendre et son sort semble inéluctable : il va lui aussi être condamné à devenir membre de l'équipage maudit durant un siècle. Seule échappatoire : mettre la main sur une clé qui permet d'ouvrir un coffre qui renferme le coeur palpitant de Davy Jones...

Vous l'aurez compris, ce nouvel opus de la lucrative série "Pirates des Caraïbes" ne brille pas par la limpidité de son scénario. Lequel scénario est avant tout prétexte à nous en faire voir de toutes les couleurs. Tous les classiques du film de pirates sont revisités : bagarre dans une taverne, visite chez les indigènes, bataille navale, combat final au sabre... Rien n'y échappe. Et comme Disney a mit le paquet, force est de constater que l'ensemble visuel est époustouflant. Les méchants grouillants et gluants comptent sans conteste parmi les plus réjouissants de l'histoire du cinéma ! Ils valent à eux seuls le détour, vraiment.
On constate tout au long des 2h 30 de multiples emprunts à divers genres, y compris l'effet "bullet-time" à la Matrix. Autant dire que ce film ratisse large et qu'il est calibré pour plaire, et donc pour faire recette (le dénouement est carrément une bande-annonce pour le troisième volet). Ainsi Orlando Bloom remplit-il le quota d'héroïsme juvénile, Keira Knightley celui de vigueur effarouchée. Le principal atout de cette série reste Johnny Depp, on ne le dira jamais assez. Il ajoute au film une force comique qui réside là encore dans les attitudes et les situations invraisemblables. Au final, aller voir Pirates des Caraïbes, c'est comme aller manger chez Mc Do : on n'est jamais surpris, mais qu'est-ce que c'est bon...

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Donnez votre avis !